Santé / Bien-être

Bouton sur le vagin : causes et prévention.

Les femmes sont très vite susceptibles à toute forme d’éruption cutanée quand elles n’en connaissent pas la provenance. Elles paniquent assez à la moindre boule ou encore à la moindre lésion. Encore plus lorsque ce bouton apparaît sur le vagin. Bien qu’étant une réaction normale, il est quand même recommandé de garder son sang-froid et de prendre l’avis d’un médecin notamment d’un gynécologue afin de lever le voile sur une maladie sexuellement transmissible qui a pu être contractée. 

Quelles sont les causes d’apparition du bouton sur le vagin ?

Les femmes ont souvent tendance à rechercher la trace d’un bouton sur le vagin en s’examinant. A la minute que le bouton recherché est vu, elles s’affolent. Pour éviter tous désagréments suite à une forte panique, il est recommandé de s’informer sur les causes de l’apparition de ce bouton. Cela permettra de l’éviter. Ce bouton peut être dû à une infection ou une mycose (https://www.jalmalv.fr/sexualite/bouton-vagin.html). Il faut déjà savoir que ce bouton peut avoir plusieurs formes. En fonction d’elles différents cas peuvent être envisagés comme l’herpès, la syphilis, un condylome vulvo-vaginal ou encore une mycose. En plus de la forme, il faudrait voir si le bouton fait mal. Dans le cas d’un condylome ce dernier ne fait pas mal. Contrairement à un condylome qui qui ne fait pas mal, un l’herpès génitale qui est un bouton vulve fait mal. 

Une prévention inefficace. 

il est compliqué d’éviter l’apparition d’un bouton surtout quand il est de petite taille. Toutefois, une épilation peut résoudre l’affaire comme dans le cas d’une folliculite. Un bouton sur le sexe est parfois sans gravité. Toutefois, les démangeaisons vous orienteront vers la piste d’une maladie sexuellement transmissible. Elles se manifesteront par des picotements, des irritations et des sécrétions malodorantes dans le cas où le vagin est touché. Ces sécrétions sentiront comme du poisson pourri et auront une couleur jaunâtre ou verdâtre dans le cas d’une MST. Il convient dans ce cas de traiter la flore vaginale afin d’arrêter la prolifération des microbes. Outre l’hygiène, les rapports sexuels, les traitements antibiotiques, les menstruations abondantes et les fortes chaleurs sont à surveiller de près. Ces éléments déstabilisent souvent la flore vaginale et crées des dégâts.

 

Laisser un commentaire